Archives mensuelles : juillet 2018

Réflexions suivant la parution récente de l’Occident dans la soupe chaude

36475802_2099742400242308_4356983265089814528_n

Publier un bouquin est une longue aventure. Écriture. Réflexions. Analyses. Recherches. Corrections. Attente. Une fois lancée, un livre n’appartient plus à l’auteur. De nombreux commentaires positifs s’amèneront, ainsi que des critiques constructives. Cependant, certains trolls de la gauche régressive n’hésiteront pas à jouer les trouble-fêtes. Ces ignares développeront des arguments insipides, fallacieux, incomplets ou tout simplement stupides. Sans avoir lu l’ouvrage, ils vont rapidement envahir les réseaux sociaux de propos haineux.

Plusieurs attaques classiques se présentent : xénophobe, raciste, intolérant. Ne pas répondre à ces remontrances serait logique, pourquoi offrir une tribune à ces incapables? Pourquoi gaspiller temps et énergie à répliquer à une gauche totalitaire? Néanmoins, je juge nécessaire d’apporter des précisions, des compléments au livre. 

Alors, mon essai fait-il de moi un raciste ou xénophobe? D’abord, j’ai la plus grande admiration pour d’innombrables personnalités noires ou d’origine musulmane. Je pense ici aux Jean Messiha, Ayaan Hirsi Ali, Fatima Houda Pepin, Waleed Al-husseini, Tarek Fatah, Djemila Benhabib, à des sportifs tels PK Subban, Felipe Alou et Tiger Woods. Je suis de plus un ardent défenseur du peuple juif et des Yézidis, persécutés par l’État islamique. Ces peuples, ignorés de l’espace médiatique, méritaient pourtant une place particulière, victimes, eux, de violence continue. Aux yeux de nos valeureux médias, évoquer cette barbarie signifierait répudier l’islam, faire preuve de xénophobie. La confrérie journalistique, dans son biais total, supporte l’immigration massive des Maghrébins, Africains et Haïtiens. L’élite médiatique se vautre dans l’émotion, la superficialité et l’apologie du multiculturalisme, acquiesçant au silence total réservé au sort des Chrétiens d’Orient. Pour la gauche régressive, les Chrétiens symbolisent l’hégémonie, la domination et la suprématie occidentale. Dans ces régions brutales, les Chrétiens vivent dans la peur, martyrisés quotidiennement. La crise actuelle des migrants comporte toutefois une autre réalité, celle de la venue massive d’une immigration musulmane et noire, attirée principalement par la richesse occidentale et ses programmes sociaux; ils cherchent à améliorer leurs conditions de vie. La détermination de ces migrants est louable et peut même comporter un aspect romantique. Nonobstant l’ouverture légendaire de l’Occident, cette immigration la dénature, la défigure. La capacité d’accueil ayant atteint sa limite, la survie identitaire des principaux pays occidentaux se voit même menacer. La France, l’Angleterre, l’Allemagne, la Belgique et le Canada doivent s’inspirer des actions accomplies par les États-Unis, l’Autriche, la Hongrie, la Pologne et depuis peu, l’Italie, États adoptant une fermeté énergique et tenace quant au resserrement des frontières, à la réduction des taux d’immigration et à l’établissement d’une lutte acharnée à l’immigration illégale. Ces gestes nationalistes constituent une première étape dans une reconquête identitaire et le réapparition d’un noyau commun, composantes essentielles des sociétés occidentales, autrefois si libres, grandioses et fières.

Ne pas appuyer l’immigration de masse et l’islamisation de l’Occident se traduisent aujourd’hui en racisme. Le nationalisme irrite une gauche liberticide qui manifeste parallèlement une incroyable hypocrisie. Son féminisme, supposément légendaire, ne réprouvera pourtant jamais la charia, doctrine misogyne, ni la violence causée aux femmes iraniennes à la recherche de modernité et libertés. Mon essai blâme abondamment les politiciens, les médias, la gauche, l’immobilisme populaire, l’ignorance. Critiquer notre société est certes indispensable, voir crucial, sans quoi, un autoritarisme orwellien s’exhibera. Véhiculer faits et solutions s’avèrent tout aussi pertinent et essentiel; il s’agit d’un point central de mon essai.

Le multiculturalisme affaiblira l’Occident. Les dangers guettant notre jadis confiante civilisation, se pointeront assurément aussi sur notre Québec, nation francophone très fragile. L’anglais a incontestablement disparu de plusieurs secteurs (devenus des ghettos ethniques) montréalais, torontois ou vancouvérois. Alors que la langue anglaise continuera malgré tout de dominer l’Amérique, la langue française se dissipe progressivement, une rue à la fois et ce, dans une totale indifférence. Vivre en français au Québec incarnera bientôt une option parmi tant d’autres. La mémoire de nos ancêtres qui, pour notre survie, ont tant lutté et su déployer patriotiquement sang, sueur et efforts, s’éclipsera dans le bourbier multiculturaliste. L’identité unique du Québec, héritage des colons français et berceau du catholicisme nord-américain, s’efface.

Nous avons d’abord bâtit une colonie, défriché les terres, assimilé la dure réalité météorologique, vaincu puis résisté longuement aux assauts anglais. Débutait la survivance d’un peuple, puis sa lutte pour une vraie démocratie représentative, pour maintenir ensuite sa place dans une fédération anglo-saxonne méprisant le fait français. D’un nationaliste modéré se déclencha subséquemment une attitude fière, désireuse d’avoir sa propre maison, son propre pays. Malgré les défaites référendaires, ne baissons pas les bras. Le temps est venu de crier encore plus fort son patriotisme, afin d’éviter un prévisible anéantissement du Québec francophone et catholique, symboles de notre riche patrimoine. Si le Canada anglais désire profaner son histoire et disparaître par son culte extrême de la doctrine multiculturaliste, laissons le s’autodétruire. Le Québec n’a pas à s’y conformer. Il est encore temps d’un réveil patriotique et indépendantiste. Quoi qu’il en soit, comment francophones et anglophones, peuples fondamentalement différents, peuvent-ils subsister, raisonnablement, ensemble? Pourrions-nous imaginer la France et le Royaume-Uni ne formant qu’un seul pays [des rigolos me diront que c’est le cas par l’Union européenne]? Situation loufoque. Au Canada aussi.

Une portion capitale de mon essai consiste à faire la preuve que le Canada assombrit le Québec, proie à une noyade migratoire. Notre sauvegarde nationale passe par l’indépendance. Afin de rallumer la flamme patriotique, exposer les multiples dégâts générés par le multiculturalisme, doctrine fatale à l’unité historique d’un peuple, parviendrait assurément à persuader le peuple québécois que la souveraineté personnifie une aspiration absolue et indispensable. Des commentateurs reprochent régulièrement aux tenants séparatistes d’adopter une approche hautaine et infantilisante. Par des rhétoriques réductrices et outrageantes, la vision péquiste, convertie en discours moralisateur, en sermon inefficace, précipite sa décadence. Un indéniable devoir pédagogique s’opérera d’ailleurs malgré tout. Exposer, en campagne électorale ou référendaire, ses positions, ses idées, sa vision et y déployer son argumentaire synthétisent les principaux objectifs des partis politiques lors d’un scrutin populaire. La redécouverte par les Québécois d’un vif esprit nationaliste exprimera le mieux ce renouveau identitaire si fondamental. Un peuple debout, confiant, orgueilleux et courageux sera forcément propulsé dans une nouvelle ferveur indépendantiste et patriotique. Alors que la question identitaire constituait l’un des enjeux définissant historiquement le parti, et laquelle en 2018, lui octroierait des gains électoraux significatifs, le PQ s’enlise, ne focalisant que sur son message progressiste, étatique et syndicaliste. Par son entêtement socialiste, Jean-François Lisée y dévoile donc un politicien totalement déconnecté, soumis au dogme de la rectitude politique, détourné de la fatalité imminente du Québec.

Si le PQ, autrefois leader de la cause nationale, la néglige lui-même, le patriotisme ne ralliera aucun meneur ni espérance. Mon essai se préoccupe principalement de la désagrégation du prétendu mythe enjôleur de la doctrine multiculturaliste, exercice essentiel dans la renaissance du patriotisme québécois. Hélas, les nationalistes seront de nouveau abandonnés, isolés, sans voie, lors du rendez-vous électoral d’octobre 2018. En effet, le PQ est un parti d’abord de gauche, puis indépendantiste; la CAQ propose un nationalisme très modéré; libéraux et solidaires idolâtrent quant à eux le multiculturalisme, évangile mondialiste où disparaît frontières et nations, gage de la disparition du Québec érigé par nos aïeux.

La rectitude politique gangrène les sphères politiques et médiatiques. Le nationalisme, proscrit par ces mêmes élites, survit encore, mais à l’index. Un essai comme le mien a été victime de cette censure de la gauche totalitaire. Intimidés, ostracisés, censurés, les nationalistes nagent dans l’immobilisme et le marasme. Une résistance au fléau gauchiste multiculturaliste s’impose. Outre les bouquins, blogues et réseaux sociaux, l’alternative s’offre sous la forme politique, mais la question demeure : où se retrouvent les politiciens québécois, successeurs d’Honoré Mercier, ce digne premier ministre priorisant sa patrie aux luttes intestines et aux joutes partisanes? Les nationalistes s’impatientent. Au niveau provincial, le silence identitaire s’installe. Une belle occasion se développait toutefois pour les Québécois à l’occasion des prochaines élections fédérales de 2019. Le NPD, dirigé par un sikh controversé, la parfaite illustration d’ailleurs du rêve multiculturel canadien, s’affaiblit rapidement; les libéraux de Justin Trudeau récoltent des reproches mérités pour une gouvernance faiblard, chaotique et islamophile; le biais médiatique terrassera interminablement les conservateurs, nonobstant un chef, Andrew Scheer, très progressiste et disciple comme tout canadien anglais, du multiculturalisme. Face à une opposition fragile et vulnérable, le Bloc québécois se traçait un chemin triomphal. L’ancienne formation de Gilles Duceppe subsiste, mais agonise, éloignée d’une résurrection politique. Les déboires actuels de la troupe bloquiste s’estomperaient promptement en portant en elle une vision nationaliste décomplexée, révélant les débilités du fédéralisme multiculturaliste canadien.      

Avec le temps, ma vision du monde s’est raffinée et éclaircie. Les divers événements internationaux, mes rencontres, mes voyages ainsi que l’appropriation d’oeuvres, d’écrivains, de polémistes et de politiciens – spécialement l’Action française, Louis-Joseph Papineau, Lionel Groulx, Honoré Mercier, Arthur Buies, Jacques Brassard, Ronald Reagan, Ezra Levant et Bruce Bawer – ont forgé mon ardente condamnation du multiculturalisme et de ses conséquences funestes : immigration de masse, rectitude politique, islamisation de l’Occident et dégradation identitaire. Comme bien des gens, l’attaque terroriste islamiste du 11 septembre 2001 m’a traumatisée. Par cet assaut, j’ai alors compris, graduellement, l’idéologie multiculturelle encourageait l’islamisation et la propagation d’un islam radical, si opposés à nos idéaux démocratiques. Bien que le 11 septembre 2001 bouleversa et traumatisa la société occidentale, nos politiciens, poltrons, naïfs, à la solde du multiculturalisme, ont, par inertie, accéléré ce radicalisme, à l’origine du terrorisme et de la violence. Pim Fortuyn et Theo van Gogh en furent d’abord les premières cibles, puis les caricaturistes du prophète Mahomet et Charlie Hebdo. En ce début du 21è siècle, notre société est chamboulée.

Ma lutte consiste maintenant à dénoncer le multiculturalisme et à affirmer haut et fort mon patriotisme québécois. Préconisant l’indépendance du Québec et le respect de son patrimoine historique, je souhaite, par cet humble bouquin, l’éveil du peuple québécois, en forte dormance nationaliste. L’écriture de cet essai, par ses recherches, réflexions, analyses, discussions, révisions, m’a converti en souverainiste convaincu et pressé. Lorsque nous tentons de prédire ou d’attester la fin du rêve indépendantiste, je pense à mon propre processus intellectuel. Espoir. Cheminement.  

Publicités